6,3 Ko

Robert Dalban

Robert Dalban - 46,2 Ko Ayant vu le jour le 19 Juillet 1903 à Celles-sur-Belle (Deux-Sèvres), Gaston Barré débute en 1919, sans formation particulière, sur les planches du théâtre Montparnasse aux côtés du futur père de Catherine Deneuve et Françoise Dorléac, Maurice, et de Harry-Max, vu dans Fanfan la Tulipe - Christian-Jaque - 1951 ou Hibernatus - E.Molinaro - 1969, de deux ans ses aînés. Puis, sous le pseudonyme de "R.Q.", il se produit dans des pièces de comique boulevardier, des opérettes et des revues de music-hall, faisant ses armes de théâtre en théâtre, de Belleville à la Cigale en passant par Grenelle ou Les Trois Mousquetaires. Il y croise, puis accompagne la star vieillissante Sarah Bernhardt - elle mourra le 26 Mars 1923 - lors d'une tournée américaine des Nouveaux riches avant de la retrouver au théâtre de La Madeleine pour les Roses bleues.

Devenu "une espèce de demi-vedette dans le quartier avec un répertoire de beuglant et l'admiration sans borne de toutes les putes" sous le pseudo de Robert Dalban, il a pour partenaire, dans les années 30, Gaby Morlay notamment dans Rouge d'Henry Duvernois pour le théâtre du Gymnase. Star de l'époque, cette dernière l'encourage à tenter l'aventure cinématographique. S'il ne fait que de la figuration dans l'Or dans la rue (C.Bernhardt - 1934) ou Passeurs d'homme (R.Jayet - 1937), il remplace Eric Von Stroheim dans Deuxième bureau contre Kommandantur (R.Bibal & R.Jayet - 1939). Alors que la guerre met un frein à ses velléités cinématographiques, il épouse la comédienne Madeleine Robinson en 1940 et est père, l'année suivante, de Jean-François. Robert Dalban & Pierre Mondy - 66,2 Ko

Jean Gabin & Robert Dalban - 157,3 Ko Ce n'est qu'après la libération qu'il trouve sa voie : le polar français. Assassin pour Henry-Georges Clouzot (Quai des Orfèvres - 1947) ou trafiquant pour Henry Calef (la Passante - 1951), il joue pour les deux camps devenant inspecteur pour Emil-Edwin Reinert (Fandango - 1949), Jean Delannoy (Obsession - 1954) ou Sacha Guitry (les Trois font la paire - 1957). En parallèle à sa carrière de 2nds rôles, il double de nombreux acteurs américains après avoir été choisi, en 1949, pour être la voix française de Clark Gable d'Autant en emporte le vent (V.Fleming - 1939).

Il croise une première fois en 1954 la route de Robert Hossein lorsque ce dernier met en scène la pièce l'Homme traqué de Frédéric Dard pour le théâtre des Noctambules, mais ne sympathise avec lui que sur les plateaux des Salauds vont en enfer (R.Hossein - 1955). Ce dernier l'engagera alors systématiquement dans ses mises en scènes théâtrales (Vous qui nous jugez en 1957, Six hommes en questions en 1963, la Moitié du plaisir en 1968...) ou non. Si la Nouvelle Vague vomit le polar à la papa, Robert Dalban s'essaye aux films de cape et d'épée en vogue à la fin des années 50 (La Tour, prends garde ! - G.Lampin - 1957, le Miracle des loups - A.Hunebelle - 1961). Darry Cowl & Ronvert Dalban - 74,3 Ko

Robert Dalban aka Jean dans les Tontons flingueurs de Georges Lautner - 150,7 Ko Les années 60 le voient côtoyer Louis de Funès (la trilogie des Fantômas - A.Hunebelle - 1964 - 1965 - 1967, le Grand Restaurant - J.Besnard - 1966), Jean Gabin (le Cave se rebiffe - G.Grangier - 1961, le Pacha - G.Lautner - 1967), Lino Ventura (les Tontons flingueurs / les Barbouzes / Ne nous fâchons pas - G.Lautner - 1963 - 1964 - 1965), Paul Meurisse (la série du Monocle - G.Lautner - 1961 - 1962 - 1964, Quand passent les faisans - E.Molinaro - 1965) ou Jacques Brel (Mon oncle Benjamin - E.Molinaro - 1969), faisant un malheur dans les polars parodiques ou les comédies populaires.

Si la télévision fait souvent appel à lui (les séries l'Inspecteur Leclerc enquête en 1962, Robinson Crusoë en 1965, Splendeurs et misères des courtisanes en 1975 ou les Cinq dernières minutes en 1967 et 1976), il multiplie les cameo au cinéma, traînant ses guêtres chez Pierre Richard (le Distrait - 1970, les Malheurs d'Alfred - 1972, Je suis timide mais je me soigne - 1978...), Yves Robert (Le Grand Blond avec une chaussure noire - 1972) , Robert Lamoureux (Mais où est donc passé la 7e compagnie ? et sa suite - 1973 - 1975), Francis Veber (la Chèvre / les Compères - 1981 - 1983), Claude Pinoteau (La Gifle - 1974, le diptyque de la Boum - 1980 - 1982) et le duo Lautner - Audiard - à qui il doit plus d'une cinquantaine de films ! Robert Dalban - 52,5 Ko

Francis Blanche, Sabine Sinjen & Robert Dalban aka Maître Folace, Patricia & Jean dans les Tontons flingueurs de Georges Lautner - 30,8 Ko Il tire sa révérence après Neuville ma belle (M.Kelly - 1987), une crise cardiaque l'emportant au cours d'un repas aux Champs-Élysées le 3 Avril 1987. Enterré au cimetière de Jouars-Pontchartrain (Yvelines), il laisse un peu plus de 200 films à la postérité, essentiellement au 2nd plan, mais nullement invisible !


Retour à la page principale des Tontons Flingueurs


Les photos et les personnages des Tontons Flingueurs sont la propriété de Gaumont, Gaumont International, Corona Filmproduktion, Ultra Film, Sicilia Cinematografica, Alain Poiré et des divers participants à l'écriture, la réalisation et la production de ce film. Elles ont été trouvées lors de pérégrinations sur le net et leurs utilisations dans ces quelques pages n'ont aucun but lucratif. Bien au contraire, elles se veulent un réel hommage aux divers créateurs de cette admirable comédie. Si toutefois, les propriétaires de ces photos se sentaient lésés par l'emploi que j'en fais, qu'ils me le fassent savoir afin de les retirer rapidement.